Chronique WordPress #1 : la guerre des thèmes

Inutile de vous présenter le plus célèbre CMS de la galaxie web, l’objet de cette série d’articles est de vous expliquer pourquoi WordPress est le couteau suisse idéal pour notre cœur de métier : les plateformes digitales éditoriales. À travers ces chroniques, nous reviendrons sur les nombreux avantages de WordPress et sur les différentes façons de l’intégrer dans un écosystème digital.

Dans cette première chronique, revenons en arrière pour comprendre l’évolution de cet outil incontournable, et plus particulièrement sur l’usage des thèmes. La “guerre des thèmes” en quelques sortes. Ca va trancher.

Petite intro en douceur

WordPress est donc un CMS (Content Management System) qui a construit son succès sur sa simplicité et son intuitivité. Il se compose d’un noyau central, sur lequel nous venons greffer un thème et des plugins (extensions destinées à des fonctionnalités spécifiques). Le thème embarque le design du site, les gabarits de pages et des modules développés sur mesure. Quand on parle de développement WordPress, il s’agit avant tout de coder le thème, d’intégrer les maquettes graphiques et de paramétrer les plugins nécessaires au bon fonctionnement du site. 

Flashback

J’ai vu émerger WordPress alors qu’il n’était qu’un modeste moteur de blog, bien conçu, bien pensé, mais encore trop limité pour prétendre à d’autres ambitions. La donne a rapidement changé. Je ne compte pas vous retracer toute l’histoire de WordPress, mais avec un peu de recul, deux grandes périodes peuvent se dégager. Dans les années 2000, les développeurs web étaient quasiment forcés de développer leurs propres thèmes, travail long et fastidieux. Mais cette compétence présentait alors une réelle plus value. Les années 2010 ont vu débarquer les thèmes packagés, et payants pour les meilleurs, les fameux thèmes premium. Une nouvelle façon d’utiliser WordPress était née, mettant fin à l’hégémonie des développeurs compétents. Ces derniers préféraient alors se tourner vers le développement de ces thèmes clés en main, se vendant comme des petits pains sur des plateformes dédiées. Bien sûr, installer et paramétrer ces thèmes nécessitait encore certaines compétences, mais avec un minimum de code, quelques retouches et personnalisations graphiques, on obtenait des sites professionnels à moindre coût. 

Des dommages collatéraux

La prolifération des thèmes premium a rendu le web monotone, les sites se ressemblent, suivent les même logiques, utilisent les mêmes modules. Le web design s’est uniformisé et ne laisse plus énormément de place à la créativité et à l’originalité. Sans faire de généralité non plus, car bon nombre de sites sous WordPress sont encore issus d’une conception et d’un développement sur mesure, et fort heureusement. 

WordPress is coming

“C’est pas ma guerre”

Autre effet de bord de ces thèmes premium, l’ultra densité des modules qui les composent. Ils font tout (et un peu n’importe quoi) et vous proposent des machines de guerre pour chasser des papillons. Quand le besoin est simplement de présenter un produit, une entreprise, ou de produire du contenu, pourquoi installer des thèmes truffés de fonctionnalités e-commerce, de scripts parasites, de modules inutiles ? Les thèmes premium ne sont pas économes en ressources et présentent généralement des indices de performances décevants. Et donc un impact environnemental démesuré.

Prêt-à-publier ou sur mesure ? 

De notre côté, nous avons évidemment utilisé à maintes fois ces thèmes. Mais nous avons toujours privilégié la conception de sites web sur mesure, en fonction des besoins client. Sans réinventer la roue non plus, nous étions convaincus qu’une ergonomie centrée utilisateurs, qu’un design unique et donc inédit apportaient du crédit à notre méthode. Le tout était d’arbitrer selon le projet. Se tourner vers du “prêt à publier” ou assumer toute la chaîne de production, choix cornélien mais au combien stratégique. Le budget et le timing faisaient bien souvent pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Et aujourd’hui ?

On constate ces dernières années un nouveau virage. Bon nombre d’agences et de développeurs indépendants se tournent vers des thèmes minimalistes, ou encore des thèmes starter. Encore des thèmes packagés ? oui, mais dotés de fonctionnalités indispensables et destinés à être personnalisés à juste dose. Ils sont centrés sur la performance, sur la réduction de leurs impacts écologiques, et offrent une réelle souplesse en développement. 

La preuve par l’exemple

Le site que vous consultez a été bâti sur un thème nouvelle génération centré sur la performance et sur les dernières technologies web. Minimaliste à souhait et sans aucune fonctionnalité superflue, il répond parfaitement et très justement à de nombreux besoins clients. Dont le nôtre. Nous sommes fiers d’utiliser ce bijou technologique et apprécions son confort. Nous sommes également très enthousiastes et impatients à l’idée de le préconiser et le déployer pour nos futurs projets.

Dans le prochain chapitre, nous reviendrons plus en profondeur sur les avantages techniques de WordPress et sur sa facilité à s’intégrer aux écosystèmes des entreprises.

à suivre…

Default image
Florian Bourgeois
CTO - Expert développement / Consultant IT et stratégie digitale
made by CAD